• Pour bien débuter l’automne, voici une recette qui vous donnera le sourire, à partager en famille, ou entre amis.

    Hildegarde de Bingen est considérée comme la première vraie phytothérapeute moderne. Né en 1098 en Allemagne, son savoir, ses remèdes et ses recettes restent d’actualités, neuf cents ans plus tard. Cadette d’une famille de 10 enfants et comme le voulait la coutume, elle fut consacrée à Dieu en tant que dîme de la famille dès l’âge de 8 ans est placée dans un couvent de bénédictines.

    La préparation la plus connue de Sainte Hildegarde est bien sur « les biscuits de la joie ».

     

    Ingrédients pour une trentaine de biscuits :

    180 gr de beurre

    140 gr de Sucre Roux

    70 gr de miel

    4 jaunes d’œuf

    500 gr de farine de petit épeautre

    15 g de Noix de Muscade

    15 g de Cannelle de Ceylan

    6 gr de Clou de girofle

    eeeee

    Les biscuits de la Joie d’Hildegarde de Bingen

     

    Préchauffer le four à 180°C.

    Faire fondre doucement le beurre.

    Mélanger le beurre, le miel, le sucre, les jaunes. D’œufs, le sel et les épices.

    Incorporer la farine au reste de la pâte et pétrir

    Étaler la pâte sur un plan fariné en gardant de l’épaisseur de quelques millimètres et découper les biscuits à l’emporte-pièce.

    Enfourner pendant exactement 13 min et sortir les biscuits du four à la fin du temps de cuisson. Ils sont encore un peu tendres et vont durcir en refroidissant. 

    « Cette préparation adoucit l’amertume du corps et de l’esprit, ouvre le cœur, aiguise les sens émoussés, rend l’âme joyeuse, purifie les sens, diminue les humeurs nocives, apporte du bon suc au sang et fortifie. » nous précise Hildegarde de Bingen dans ses écrits.

    Bon appétit !


  • A la petite boutique du jardin, deux nouveaux coffrets afin de vous offrir un moment de bien-être au naturel cet automne.

    Box nature Rentrée Sportive

    Un bel automne avec ces deux coffrets nature

    Box nature Détox d’automne

    Un bel automne avec ces deux coffrets nature

    1 Huile détente Trois plantes 50ml

    1 Déodorant naturel 10ml

    1 Sel de bains apaisant pour les pieds 45 gr

    1 Baume précieux au Calendula 30ml

    1 Sirop de Radis Noir 50ml

    1 Baume Apaisant 10 ml

    3 sachets de Tisanes

    1 pochon en lin afin d’emmener vos produits partout avec vous

    Ces deux coffrets sont proposés à un prix tout doux : 19€50 la box + 5€50 (expédition)

    Les Arômes du Tanargue     Blaunac   07110 JOANNAS   06.86.77.31.27   Ardèche


  • Du 4 au 14 juillet, une quinzaine de scouts du groupe « Pionnier caravelle » de Fourmies dans le Nord de la France réalise un camps au village de Laboule : « Un camps est un campement dans lequel nous apprenons à vivre ensemble, découvrir la nature et se débrouiller seul » nous explique Ysaline.

    Ce vendredi 5 juillet, 4 groupes ont été formés. Chaque équipe devait rejoindre un village à pied (Rocles, Joannas, Valgorge, Beaumont), trouver un lieu afin de poser une tente et repartir pour Laboule le lendemain et cela en autonomie.

    Ysaline, Alexine et Amandine, sont arrivés au siège de l’association « Les Aromes du Tanargue »à Joannas à la recherche d’un campement. Elles ont été les bienvenues afin d’installer leur tente à l’ombre du verger. Le soir, elles ont participé avec bonne humeur à l’arrosage du jardin et au soins des animaux.

    Durant cette semaine, ces jeunes réaliseront des randonnées, afin de découvrir la nature, les environs de la région : « Nous formons un vrai groupe soudé qui doit vivre ensemble durant 10 jours, le soir nous réalisons des veillées » nous précise Amandine.

    Pour Alexine : « Nous sommes scouts car c’est un moment de partage qui nous fait vivre ensemble et rencontrer lors de nos périples des personnes qui nous apprennent plein de choses ».

    Le camp a organisé à Laboule le vendredi 12 juillet à 20h30, sur la place du marché, une veillée spectacle, ouvert à tous, avec sketchs et chants accompagnés de divers instruments.

    Le Dauphine libéré du Mercredi 10 juillet 2019

    La Tribune du Jeudi 11 juillet 2019


  • Ce lundi 1eravril, une surprise nous attendait au réveil. Des Indiens ont passé la nuit dans notre jardin, et ils ont oublié leur tipi avant leur séance de pêche à la rivière en contrebas…

    Pourquoi ne pas profiter du printemps afin de créer ses jeux d’extérieur afin de lier « faire ensemble » et « jouer dehors » en famille. Pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin, pas besoin d’acheter des balançoires en plastique, ou de cabane en Kit. Avec l’aide de vos enfants, vous pouvez fabriquez avec quelques bambous un tipi : Ils seront très fiers d’avoir participé à leur fabrication.

    Des indiens dans notre jardin ce 1er avril


  • A l’occasion de l’atelier autour des teintures végétales que notre association propose ce mercredi 3 avril pour l’Université Populaire du Centre Ardèche à Pranles, retour dans le temps afin que comprendre l’origine des couleurs et des teintures.

    La nature qui nous entoure est variée. L’Homme, depuis l’Antiquité, dont les matières premières pour réaliser ses vêtements (lin, laine, coton) étaient incolore, a souhaité comprendre le fonctionnement des couleurs de la nature.

    Dans un premier temps, il utilisa les couleurs qu’il extrait de la terre ou des pierres mais la gamme n’étais pas très riche et diversifiés : Rouge, Jaune, Brun ou le noir. Il tenta donc sa chance aces des extraits colorants tirés du monde animal et végétal. La teinture était née et les résultats furent impressionnants. Ces recettes qui ont traversé des millénaires, nous retrouvons aujourd’hui ce savoir transmis de génération en génération quasiment inchangé.

    Les trois colorants standards de l’époque sont :

    • Le Rouge : Pourpre, garance et cochenille
    • Le Bleu : Pastel et indigo
    • Le Jaune : Carthame en particulier…. Ce sont les couleurs primaires

     

    Pour retrouver des traces de teintures, il suffit de regarder l’histoire de notre civilisation et de certains grands peuples installes le long des grands fleuves comme les Chinois sur le fleuve Jaune ou les Indiens sur la Grange.

     

     Sur la route de la soie

    Riche d’une culture ancestrale d’environ 5000 ans, la Chine est le pays d’origine de la soie, et parmi les dynasties les plus anciennes, la couleur des vêtements permettait de déterminer le rang social :

    • Le Jaune était réservé aux empereurs et impératrices
    • Le violet caractérise les dames de la Cour
    • Le Bleu était porté par les chevaliers de premier rang
    • Le Rouge était la couleur donnée au deuxième grade
    • Le Noir distingue le troisième grade.

    Histoire de Teintures végétales

    Seules l’élément féminin d’une famille pratiqué la teinture pour les besoins du ménage. 2000 ans avant Jésus Christ, les Chinois connaissaient déjà l’indigo et la cochenille. Mais le vert qu’on appelait dans la langue du pays Lo-Kao, a joui très tôt d'une grande estime. Cette couleur était tirée de diverses espèces de rhamnus, sortes d’arbustes auxquels appartient le nerprun. L’écorce, le bois et les grains de ces plantes fournissent une nuance d'un jaune vif. Mais, mélangée à l'alun ou à la potasse, la sève donne après avoir épaissi, un vert végétal qui monte directement sur la soie et la teint en vert bleu. Les plantes végétales sont, elles aussi, teintes directement en bain faiblement alcalin. Les chinois pouvaient même obtenir un bleu par réduction en cuve. Dès le début de la teinture, l’homme utilisé la méthode de la teinture par mordançage et la teinture en cuve.

     

    Partons pour l’Inde et son Indigo

    Histoire de Teintures végétales

    vvv

    C’est en Inde, et dans les pays voisins, que se trouve le berceau de l’impression sur tissus.

    L’Inde est la partie de l’Indigo, les peuples furent les premiers à récolter l’indigo est à en connaitre la technologie. Ils furent aussi les premiers à trouver les meilleurs procédés pour appliquer le colorant de façon durable sur la fibre.

     

     

    Et aujourd’hui

    La valeur d’une teinture va au-delà du simple fait de colorer le tissu. La couleur porte une dimension symbolique, et la source végétale de la couleur y contribue par sa valeur et sa signification pour la culture concernée. De plus, les sociétés anciennes attribuaient souvent une vertu médicinale aux teintures employées. Les recettes et les savoir-faire, les plantes et les techniques anciennes qui y sont associées, représentent un patrimoine immatériel qui peut renaître en évoluant au lieu de disparaitre.

    Ce renouveau amène également à se questionner sur les volumes très importants de plantes nécessaires pour alimenter ces pratiques : la mise en culture des plantes tinctoriales sur de très vastes surfaces agricoles ne peut entrer en compétition avec la culture des plantes alimentaires, indispensables. Mais … le recyclage des déchets verts, déchets de taille et déchets agricoles pour la teinture (pelure d’oignon, fanes de carotte, feuille d’artichaut, marc de raisin, peau d’avocats, …) est un vaste réservoir potentiel.

    Histoire de Teintures végétales

     

    Pour l'atelier du mercredi 3 avril, nous retraçons l'histoire de ces teintures de la préhistoire (utilisation des pigments et couleurs dans les grottes), de la Chine ( création de l'encre de chine ou encre ferro-gallique) , à aujourd'hui (teinture sur laine et sur coton) à partir de plantes tinctoriales ou d'épluchures...