• L’argousier, où comment sortir de notre hibernation

    En ce mois de février, nous nous remettons de la saison hivernale et de ces tracas : le nez qui coule, le mal de gorge, le moral dans les chaussettes, de la fatigue. Malgré tous nos efforts, rien à faire, nous continuons notre hibernation comme un ours dans sa caverne…

    Mais un jour, un arbuste épineux du nom d’argousier, nous « pique » afin de nous donner un petit coup de tonus. 

    L’utilisation des baies d’argousier remonte à l’Antiquité. Un des premiers écrits remonte à l’époque des grecs. Comme son nom latin indique (hippophae rhamnoides), il servait à accélérer la prise de poids des cheveux et lustrer leur pelage. En médecine traditionnelle (chinoise, tibétaine ou ayurvédique), les baies de cet arbuste est utilisé comme tonique et pour soigner toutes sortes d’affections de la peau et des muqueuses (Eczéma, brûlures, et blessures cutanées).

    Les cosmonautes russes utilisent régulièrement ses baies afin de se protéger des radiations cosmiques et pour préserver leur bonne forme physique.

    Peut-être avez-vous déjà rencontré cet arbuste épineux. En France, vous le trouverez principalement en bord de mer ; il aime les sols sablonneux ; mais aussi en bordure de rivière et les massifs montagneux (Alpes du Sud).

    ss

    L’argousier, ou comment sortir de notre hibernation

    C’est une espèce dioïque avec des pieds males et des pieds femelles. Les fruits sont des baies orange, persistant en hiver, de saveur très astringente et à l’arôme d’ananas d’où son surnom « Ananas de Sibérie ». Il vit en symbiose avec une bactérie, Frankia, qui lui permet de fixer l’azote de l’air, et d’enrichir les sols en nitrate. D’ailleurs, il est planté afin de lutter contre l’érosion des sols.

    Sa baie, est un concentré de vitamine. Elle referme 2 à 6g/Kg de vitamine C, soit 30 fois supérieure à celle de l’orange. Nous retrouvons aussi de la vitamine E, des flavonoïdes et des caroténoïdes.

    Traditionnellement, l’argousier est considéré comme un tonique général de l’organisme. C’est ce qu’on appelle un adaptogène, c’est-à-dire une substance qui accroit, de manière générale la résistance de l’organisme aux divers stress qui l’affectent 

    En France, de nombreux producteurs cultivent l’Argousier, principalement dans les Alpes de Hautes Provence. Nous le retrouvons aujourd’hui principalement sous forme de jus ou de sirops en magasin bio.

    Alors, si vous êtes comme l’ours, en mode hibernation, c’est le moment de réaliser sa petite cure de jus ou de sirop d’argousier.

     L’argousier, ou comment sortir de notre hibernation