• Malgré leur nocivité pour les arbres, ne maudissez pas aujourd’hui Clématites et Ronces. Elles vont vous fournir un martiaux gratuit pour des vanneries rustiques.

     

    Vous pourrez les récolter et stocker en n'importe quelle saison ; vous ferez en mémé temps une œuvre bien utile en débarrassant clairières et fourrées de ces étouffeuses.

     

    Emportez un sécateur, un canif et , si possible, de vieux gants, Choisissez dans le fouillis de Clématites un brin de moyenne grosseur et tirez à vous, sans secousse et le plus loin possible, Cela vient en masse, les nœuds de la tige tirée entraînant les autres tiges.Coupez le plus bas possible, puis dégagez peu à peu : la tige à parfois 3m de long,

    Vive les Ronces et les Mauvaises herbesgggggggggggggggggggVive les Ronces et les Mauvaises herbes

     

    Liane et Fleurs de clématites sauvages

    Dégrossissez sur place pour ne pas vous encombrer de feuilles, rameaux latéraux et vrilles inutiles, Réunissez les grosses extrémités de 8 ou 10 brins dans votre brin gauche et ployez sans forcer pour faire, en tournant, un petit cerceau de 30 à 40 cm de diamètre. En enroulant, ne vous alarmez pas des petits craquements que vous entendrez : c'est l’écorce, moins élastique, qui claque par endroits ; mais le bois en dessous est résistant.

     

    Enroulez autour du cercle les extrémités fines sans les casser, Vous rapporterez autour de votre bras les couronnes ainsi obtenues.

     

    De longues ronces de grosseur moyenne sont utilisables aussi. C'est l'écorce, cette fois, d'un beau vert, qui est très résistante ; de plus, le tiges n'ont pas de nœuds. Mettez vos gants pour les récolter, ou faites très attentions aux épines. Sélectionner au sécateur les longs brins, grattez-lez au fil de votre canif pour faire tomber les épines. Si vous avez du mal à les rouler au cerceau, traînez-les.

     

    Conservez vos couronnes ou vos liasses dans un local plutôt frais ou sur un coin de balcon ; elle peuvent sans inconvénient recevoir la pluie. De toutes façons, vous les ferez tremper plusieurs heures avant usage, pour retrouver leur souplesse.

     

    A temps perdu, préparez les brins. Il en faut de différentes grosseurs, triez et assortissez-les. Désépaissisez les nœuds pour qu'ils ne fassent pas trop de butoirs d'arrêt lors du travail, mais, attention ! C'est souvent à le hauteur du nœud d'un brin casse.

     

    Pour tous les amateurs de vannerie, nous vous conseillons la revue « Le lien créatif »,

    Vive les Ronces et les Mauvaises herbes

    Et si vous souhaitez vous initiez à la vannerie en osier, Rendez vous chez Valérie Lavaure à Uzes. Valérie propose des stages à son atelier toute l'année, mais aussi chez nous en Ardèche.

    Rendez vous sur son site pour découvrir les dates de stages: http://www.valdosier.com/

     

     

     


  • Cueillez votre dernier bouquet de Bruyère commune. Son nom savant est Callune. Autrefois, on ne la trouvait qu'en forêt, mais elle peuple maintenant les landes qui ont remplacé tant de forêts déboisées.


    C'est le moment de récolter les fruits sauvages des arbrisseaux et des arbustes, Sureau, Églantier... sans oublier les savoureuses mûres des Ronces, pour vos confitures et les provisions pour les oiseaux sédentaires.


    Après les premiers gelées, vous pourrez manger les cenelles de l’Aubépine en marmelade par exemple, mais aussi les baies de genévrier commun. Excellent dans la choucroute.


    De couleur brun-roux, les nèfles sont âpres et dures avant les gelées, agréables ensuite une fois blettes, malgré tant de noyaux ! Les oiseaux les apprécient. Au printemps, les oiseaux ont trouvé un bon abri dans ce bel arbuste qui peut atteindre 4m et qui porte, au mois de mai de jolies fleurs blanches ou rosées et toues solidaires, ce qui est rare parmi les arbres.

    A cueillir et à laisser en Automne


    Nous trouvons parfois dans les clairières de la Troène vulgaire. Ses baies, noires et arrondies ne sont pas comestibles pour l'homme...mais le bouvreuil simple s'en accommoder.

     

    A cueillir et à laisser en Automne

    L'Eglantier offre une excellente confiture

    La confiture de "Gratte cul"


  • Aux bois, septembre a sonné le départ des Rossignols et jauni les feuilles des Trembles et des Coudriers. La gloire de l'automne s'affirme quand les feuillages, les uns après les les autres, flambent de couleur chaudes : jaune ds Bouleaux, ocre des Mélèzes, ors variés des Châtaigniers, Rouge carmin des Érables et des Sorbiers, rouge vifs des Alisiers, ton violacé des Chênes... Quand le vert inaltérable des Sapins vient rehausser toutes ces nuances, c'est une splendeur dont les yeux ne peuvent se lasser.

     

    C'est l'automne...

    Bien avant la chute des feuilles, les rameaux des arbres qui ont donné feuilles et bourgeons diminuent leur activité ; ils s'engourdissent et ne se réveilleront qu'au printemps. Alors que la vie souterraine continue, bien des plantes herbacées paraissent entrées en dormance en dépit des heures tièdes d'octobre. 

    Les jours passent, de plus en plus courts. Graminées et Fougères se dessèchent. Les glands des chênes et les faines des Hêtres tombent. C'est la saison des châtaignes, mais aussi des fruits qui rougissent ou noircissent sur les arbrisseaux. Puis, voici venir la chute des feuilles.

    Premières gelée...Novembre prend ses brumes aux Hêtres dénudés. Le vent courbe à l'extrême les Saules et fait craquer les membrures des Chênes.

    C'est l'Automne, profitons de la nature et de ses œuvres naturels remplis de couleurs.

    C'est l'Automne, le moment des ballades en famille afin de ramasser les champignons et les châtaignes ...

    C'est l 'Automne, quelle merveille !

     

    C'est l'automne...